Présentation de “Pour une relecture d’Epicure. Les fondements pratiques de son matérialisme.”

Les fondements pratiques de son matérialisme de Claude GONTRAN, aux éditions L’Harmattan, parution le 28 mars 2024 Cet ouvrage met en évidence un rapprochement entre la Lettre à Hérodote et le livre XXV du traité De la nature. Il souligne que les deux ouvrages suivent une démarche similaire, plus complète mais aussi plus condensée dans… Poursuivre la lecture Présentation de “Pour une relecture d’Epicure. Les fondements pratiques de son matérialisme.”

5- Les Maximes capitales : une periodeia

Les Maximes capitales sont mentionnées par Diogène Laërce à la suite des trois Lettres d’Épicure, et l’on pense que cet ajout peut avoir été fait à l’instigation du philosophe lui-même, ou du moins à celle de ses proches disciples, comme Métrodore. Leur caractère souvent lapidaire, la reprise de certaines dans les Sentences vaticanes, constituées sans… Poursuivre la lecture 5- Les Maximes capitales : une periodeia

4- Le plaisir est-il la fin ?

Le titre volontairement déconcertant choisi pour ce billet, alors que la réponse affirmative à la question posée semble évidente, veut attirer l’attention sur l’importance du choix des mots chez Épicure. Les épicuriens répondront, en substance, « oui, le plaisir est bien la fin, et non pas la vertu, comme le disent les stoïciens. La preuve : tous… Poursuivre la lecture 4- Le plaisir est-il la fin ?

3- La prolepse du divin

Les synthèses les plus courantes sur la théologie d’Épicure fondées pour l’essentiel sur les textes de Lucrèce, Philodème et Cicéron, affirment l’existence physique des dieux, leur nature de « quasi corps » immortels éternellement renouvelés dans leur constitution atomique, localisés dans des « intermondes », et se manifestant à nous par l’afflux de simulacres perceptibles par le seul esprit.… Poursuivre la lecture 3- La prolepse du divin

2- La prolepse et les critères de vérité

Il est communément admis que la prolepse[1] chez Épicure fait partie des critères de vérité, avec les sensations et les affections, et l’on y ajoute les appréhensions imagées de l’esprit. Cette taxinomie dogmatique, qui se veut rassurante et qui pourtant nous déconcerte par son simplisme, est fixée par Diogène Laërce, qui vécut six siècles après… Poursuivre la lecture 2- La prolepse et les critères de vérité

1-Epicure est-il l’auteur de la théorie du clinamen ?

  1- Épicure est-il l’auteur de la théorie du clinamen ? Si l’on étudie Épicure par lui-même, sans avoir à recourir aux épicuriens pour l’expliquer, force est de reconnaître qu’aucun texte du philosophe n’évoque le clinamen, cette déclinaison de la ligne droite dans la chute des atomes telle que l’expose Lucrèce, disciple romain d’Epicure. Faut-il pour… Poursuivre la lecture 1-Epicure est-il l’auteur de la théorie du clinamen ?

Présentation du carnet

J’ai soutenu en décembre 2020 une thèse portant sur la dimension pratique du matérialisme d’Épicure, prenant appui sur les textes connus du philosophe (ses trois Lettres, à Hérodote, à Pythoclès et à Ménécée, ses Maximes et Sentences, toutes conservées par Diogène Laërce), et sur les fragments du livre XXV de son opus magnum, le traité… Poursuivre la lecture Présentation du carnet

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search